INFOS : +32 (0)2 775 75 75 - info@lez.brussels

La LEZ

 

Que signifie LEZ ?

LEZ signifie « Low Emission Zone », en français « Zone de basses émissions ». C’est le terme utilisé pour désigner une ville ou partie de ville interdite de circulation aux véhicules les plus polluants. C’est une des mesures prises dans de très nombreuses villes européennes pour améliorer la qualité de l’air et donc la santé publique.

Pourquoi une LEZ à Bruxelles ?

Différentes études de l’Organisation mondiale de la Santé et diverses actions de la Commission européenne ont mis en exergue la mauvaise qualité de l’air à Bruxelles et l’impact sanitaire que cela implique. En effet, la pollution de l’air augmente le risque d’accident vasculaire cérébral, de maladie cardiaque, de cancer du poumon et de maladies respiratoires aiguës, notamment d’asthme. On dénombre 12.000 décès prématurés en Belgique en raison de la mauvaise qualité de l’air. En interdisant l’accès à la Région bruxelloise des véhicules les plus polluants, on améliore la qualité de l’air pour tous, Bruxellois, visiteurs et navetteurs.

Sur quel territoire sera mis en place la LEZ à Bruxelles ?

Tout le territoire de la Région de Bruxelles-capitale est concerné par la LEZ (les 19 communes). Cependant, 4 parkings de transits resteront accessibles : il s’agit des parkings du Céria Coovi, de Stalle, de Kraainem et du projet de parking Esplanade. Le Ring n’est pas concerné par la LEZ. Certaines rues permettant l’accès au Ring à Neerpede seront également considérées comme étant hors LEZ (les rues exacts doivent encore être précisées par le législateur).

Quand la LEZ sera-t-elle mise en œuvre ?

La LEZ sera opérationnelle à partir du 01/01/2018. Elle sera d’application tous les jours de la semaine, 24h/24. La première année, seuls les véhicules diesel les plus anciens seront concernés (voir tableau) : les critères évolueront avec le temps pour concerner de plus en plus de véhicules. Le Gouvernement bruxellois a prévu que les voitures ne répondant plus aux critères d’accès à la Région puissent néanmoins y pénétrer, grâce à un système d’accès payant, un maximum de 8 jours par an (les modalités pratiques pour obtenir ce « pass » doivent encore être définies par le législateur bruxellois).